Archive pour » avril, 2011 «

mercredi, avril 27th, 2011 | Auteur:

Les farfadets ont envoyé un petit colis aux enfants de la Casa Hogar de los Gorrionnes d’Ayacucho au Pérou.

Grace à Guillaume Martin (notre bien aimé chef bleu) ils ont fait la connaissance « des moineaux » d’Ayacucho

Nous espérons que le facteur ira bien vite

à suivre…..

Categorie: Farfadets  | Un commentaire
lundi, avril 11th, 2011 | Auteur:

Accompagnés d’Anne, Sandrine et Laetitia les farfadets ont visité l’atelier de Luthier de François Joseph Pommet à Reims (96 bd St Marceau)

La visite s’est déroulée en deux temps et en deux groupes, chacun découvrant alternativement l’atelier et la boutique :

1°) L’atelier du luthier tient autant de la salle d’opération du chirurgien (couteaux de luthier aussi tranchants que des scalpels) que de la cuisine d’un maître queux.

Nombreux sont les composants des vernis et des teintes à entrer dans les recettes gastronomiques :

safran, curcuma, toutes sortes d’épices. Le coloris rouge s’obtient avec un mélange nommé « Drachenblut » (« sang de dragon » en allemand) : exclusivement réservé aux violons wagnériens qui jouent la chevauchée des Walkyries.

Le vernis étincelant des violons est lui aussi concocté dans l’atelier-cuisine, à base d’huile de lin, de térébenthine et d’ingrédients secrets, cette huile prodigieuse ayant la propriété de se vitrifier d’elle-même, sans utiliser de vernis chimique.

(Bon à savoir pour ceux qui projettent de poser ou rénover un parquet massif… : )

L’archet est enduit de colophane, une « oléorésine » obtenue après distillation de la térébenthine, à partir d’une résine de pin).

Trois bois constituent immuablement la structure d’un violon :

  • Le fond est en érable, ainsi que les côtés,
  • La table d’harmonie en épicéa,
  • Le cordier et les clefs en ébène.

L’ébène, bien connue pour sa couleur noire, est en outre tellement dense qu’il est un des seuls bois à ne pas flotter. Seul le cœur du tronc est noir : les couches superficielles sont plus claires.

Elle vient d’Afrique, et souvent de Madagascar.

Le crin de cheval nécessaire aux archers vient des steppes de Mongolie : la « queue de cheval» bien fournie constituée du crin de nombreux équidés vaut son pesant d’or (7000€ environ !!)

Détail amusant : luthiers et musiciens ne se mélangent pas le lexique et utilisent chacun leur vocabulaire pour désigner certaines parties de l’instrument.

Ex : les « ouïes » du violon sont donc appelées de simples « f » par les luthiers. Visuels contre auditifs.

2°) Les farfadets ont même eu droit à un petit essai sur un bébé violoncelle pour enfants de 6 ans, et à un mini concert du maître luthier lui-même improvisant une petite danse irlandaise (ou approchant).

Anne